4-Xtremes – Episode 30 : salutations de Transylvanie

Série : 4-Xtremes – The World Tour

Surtout pas d’ours à bord !

Une grande roue sous terre, une exposition « terrifiante » et un tête-à-tête avec la famille Petz – la Roumanie a réservé bien des surprises aux Kammermann.

Cap sur le Transalpina.


Les gens disent souvent d’une destination qu’elle est « diversifiée ». La Roumanie, cependant, est bien plus que cela. Ce que nous avons découvert ici en deux semaines seulement est extraordinaire, même pour nous.

La Hongrie avait déjà beaucoup à offrir du point de vue de la conduite, mais avec la Roumanie, on est monté d’un cran. Même en restant sur les routes principales, vous faites plein de découvertes. Nous avons traversé des villages où l’on peut voir à peu près tous les styles de construction, des maisons en bois aux villas à plusieurs étages richement décorées. Nous avons également été surpris par le fait que les charrettes tirées par des chevaux font toujours partie du paysage.


Des vues plongeantes.

Et on voulait vraiment passer par des cols de montagne. Ne serait-ce que pour échapper une fois de plus à la chaleur persistante. Les routes de col les plus célèbres de Roumanie sont la Transalpina et la Transfagarasan. Nous décidons d’emprunter d’abord la Transalpina. Normalement, seuls les petits tout-terrains circulent ici. Mais Mike était convaincu que l’Axor ne nous laisserait pas tomber ici non plus. Il avait raison. Cependant, le voyage, au cours duquel j’ai regardé plus d’une fois directement dans l’abîme depuis le côté passager, m’a procuré quelques poussées d’adrénaline. Mais finalement, le coucher de soleil que nous avons apprécié du haut du col nous a réconciliés avec les efforts de la journée. Notre bivouac était également inhabituel : à côté de la station supérieure d’une remontée mécanique – combien de fois avez-vous l’occasion de faire cela ?


La deuxième excursion en montagne nous a conduits au col de Transfagarasan avec ses serpentins sans fin. L’Axor a effectué l’ascension avec facilité : il suffisait de sélectionner le réducteur de vitesse et de le laisser rouler gentiment. Sur le chemin du retour dans la vallée, par contre, Mike a dû faire attention à ce que les freins ne surchauffent pas, car nous n’avons pas de ralentisseur. Mais tout s’est bien passé.

Mais revenons à la montée : en venant du Sud, vous passez un lac artificiel à Transfagarasan – pour nous l’endroit idéal pour une pause déjeuner. Nous laissons sortir Aimée, ouvrons les portes comme toujours par beau temps et commençons à cuisiner. Nous discutons des avertissements sur la présence d’ours le long de notre route. Nous ne nous attendions pas à voir un ours sur cette route fréquentée. Nous faisions erreur. Peu de temps après – Aimée est heureusement de retour à l’intérieur – nous regardons par la porte et n’en croyons pas nos yeux. Juste derrière l’Axor a surgi une ourse avec ses deux oursons ! Pendant un moment, nous avons le souffle coupé. Puis, c’est le branle-bas de combat : fermer rapidement les portes et ranger la nourriture, nous ne voulons surtout pas attirer la petite famille.


Hors du temps : les charrettes tirées par des chevaux font partie du paysage en Roumanie.
Hors du temps : les charrettes tirées par des chevaux font partie du paysage en Roumanie.
Pause pour Andrea et Mike ...
Pause pour Andrea et Mike ...
... et un bain frais pour Aimee.
... et un bain frais pour Aimee.
Le plaisir de conduire pour Mike et l’Axor.
Le plaisir de conduire pour Mike et l’Axor.
L’effort en valait la peine.
L’effort en valait la peine.

Le cœur battant, nous prenons quelques photos. Où est le spray au poivre déjà ? Les articles sur les ours s’introduisant dans des camping-cars créent des scènes vivantes dans nos esprits. Mais l’ourse et ses petits ont changé d’avis et nous reprenons rapidement notre route.

Arrivés au sommet du col, nous nous frottons les yeux : nous n’étions apparemment pas les seuls à chercher refuge dans les montagnes pour échapper à la chaleur. Beaucoup de voitures sont garées le long de la route, des gens arpentent la chaussée. Enfin, au sommet, un tunnel d’une hauteur de 3,60 mètres nous attend. Notre Axor, lui, mesure 3,70 mètres de haut. C’est une bonne chose que nous ayons fait nos recherches à l’avance et que nous sachions que des véhicules plus hauts étaient déjà passés par là. Néanmoins, nous devions être prudents car le tunnel de forme cylindrique est assez sombre et de temps en temps, des barres d’armature dépassent du plafond.


On pourrait penser qu’il ne leur manque plus que le bouton sur l’oreille, mais il faut faire plus attention.
On pourrait penser qu’il ne leur manque plus que le bouton sur l’oreille, mais il faut faire plus attention.
Grande gare au sommet du col de Transfagarasan.
Grande gare au sommet du col de Transfagarasan.
La Roumanie réserve également de nombreuses surprises architecturales.
La Roumanie réserve également de nombreuses surprises architecturales.
Vue sur un précipice de 112 mètres.
Vue sur un précipice de 112 mètres.
Des excursions en bateau sont proposées ici, ainsi que des ...
Des excursions en bateau sont proposées ici, ainsi que des ...
... parties de mini-golf.
... parties de mini-golf.
Elle a du charme, mais attire aussi beaucoup de touristes : la petite ville de Sigisoara.
Elle a du charme, mais attire aussi beaucoup de touristes : la petite ville de Sigisoara.
Un cadre de rêve pour une nuit, s’il n’y avait pas eu l’orage ...
Un cadre de rêve pour une nuit, s’il n’y avait pas eu l’orage ...

Un lieu redoutable.

Carpates, Transylvanie, châteaux entourés de mystère – même sans la visite d’un ours, la Roumanie offre de nombreuses possibilités d’enflammer l’imagination. Dans cette optique, nous décidons de visiter le château de Hunedoara – en allemand : le château du Marché du Fer. Quel lieu serait plus apte à accueillir une exposition sur la torture ? Les effets visuels et sonores ne manquent pas dans le bâtiment situé à côté du château – nos cheveux se sont hérissés plus d’une fois sur nos têtes. Nous préférons vous épargner les photos.

Un programme très différent nous attendait en Valachie avec la visite d’un monastère de sœurs orthodoxes du 16e siècle dont le site a beaucoup de charme. Nous avons également été heureux de trouver un autre endroit exotique où séjourner à Alba Iulia – Karlsburg – juste à côté des murs d’enceinte. Et qui rencontrons-nous là-bas ? Une RoadStar roumaine ! Quelle belle surprise !


112 mètres sous terre.

Mais le voyage reprend déjà – notre prochain temps fort nous emmène dans les profondeurs de l’ancienne mine de sel de Turda, à une profondeur incroyable de 112 mètres sous la surface de la terre ! Après la fin du socialisme, les galeries ont été transformées en mine d’exposition. C’est fou ce qu’il y a à découvrir ici : les visiteurs peuvent jouer au tennis de table, au mini-golf ou monter dans une grande roue ! A la mine conique d’Iosif, ils peuvent même pagayer autour d’une île de sel dans un bateau à rames. Nous avons l’impression d’être dans un autre monde, avant de revenir finalement à la surface. 

Après des arrêts dans la ville de Sigisoara et au château de Rupea, nous établissons notre camp sur un plateau à côté d’un volcan éteint. Un petit village a récemment vu le jour sur ses flancs, une série de westerns y est tournée depuis mai. Malheureusement, l’accès est fermé, ce qui nous prive de toute excursion.


Fuyons l’orage.

Mais avant nous coucher, nous devons malheureusement évacuer notre campement. Vers 22 heures, un violent orage accompagné d’innombrables éclairs fait rage. Un plateau comme parking n’aurait pas été une bonne décision dans ce cas. Nous nous enfonçons donc dans un petit creux, pour ne pas être le point le plus haut, métallique de surcroît, et risquer d’être frappés par la foudre.

Nous avons déjà vu tant de choses incroyables de la Roumanie ces dernières semaines. Nous sommes curieux de voir ce que le reste du pays a à offrir.


4-Xtremes – The World Tour.

Un voyage sans pareil.

Andrea et Mike Kammermann sont sur la bonne voie à bord de leur Axor. « 4-Xtremes – The World Tour » est la devise du voyage que les deux Suisses ont débuté mi-2020 et auquel ils ont fait participer la communauté RoadStars ! Restez à la page et ne manquez aucune des destinations à couper le souffle qui animent le couple d’aventuriers.

Vous trouverez ici tous les épisodes de la série « 4-Xtremes – The World Tour ».


Photos : 4-Xtremes

13 commentaires