4-Xtremes – partie 28 : Une histoire séculaire et une fuite

Série : 4-Xtremes – The World Tour

Les Balkans à l'horizon.

La visite d'amis et une fuite du chauffe-eau ont amené Andrea et Mike à rester en Italie plus longtemps que prévu. Encore une petite escale en Slovénie et ils pourront bientôt découvrir la vaste Hongrie.

Toute proche : Andrea et Mike se sont installés sur le parking de la Villa Manin.


Nous avons passé beaucoup de temps en Italie : deux mois en tout. En effet, nous avons pris une semaine de « vacances » avec des amis et nous devions aussi résoudre un problème ennuyeux. 

Mais commençons par le début. Lorsque nous roulions vers le nord depuis Florence, le thermomètre dépassait allègrement les 30 degrés. C'était difficile de trouver un lieu de séjour au frais. C'est pourquoi, c'est avec soulagement que nous avons trouvé un peu d'ombre dans un village, évitant ainsi de rester sur l'asphalte !


Petits commerces, forêts rafraîchissantes et villages pittoresques : l'Italie du Nord a beaucoup à offrir. Notamment des places de stationnement ombragées pour l'Axor.
Petits commerces, forêts rafraîchissantes et villages pittoresques : l'Italie du Nord a beaucoup à offrir. Notamment des places de stationnement ombragées pour l'Axor.
Petits commerces, forêts rafraîchissantes et villages pittoresques : l'Italie du Nord a beaucoup à offrir. Notamment des places de stationnement ombragées pour l'Axor.
Petits commerces, forêts rafraîchissantes et villages pittoresques : l'Italie du Nord a beaucoup à offrir. Notamment des places de stationnement ombragées pour l'Axor.
Petits commerces, forêts rafraîchissantes et villages pittoresques : l'Italie du Nord a beaucoup à offrir. Notamment des places de stationnement ombragées pour l'Axor.
Petits commerces, forêts rafraîchissantes et villages pittoresques : l'Italie du Nord a beaucoup à offrir. Notamment des places de stationnement ombragées pour l'Axor.
Petits commerces, forêts rafraîchissantes et villages pittoresques : l'Italie du Nord a beaucoup à offrir. Notamment des places de stationnement ombragées pour l'Axor.
Petits commerces, forêts rafraîchissantes et villages pittoresques : l'Italie du Nord a beaucoup à offrir. Notamment des places de stationnement ombragées pour l'Axor.
Petits commerces, forêts rafraîchissantes et villages pittoresques : l'Italie du Nord a beaucoup à offrir. Notamment des places de stationnement ombragées pour l'Axor.
Petits commerces, forêts rafraîchissantes et villages pittoresques : l'Italie du Nord a beaucoup à offrir. Notamment des places de stationnement ombragées pour l'Axor.
Petits commerces, forêts rafraîchissantes et villages pittoresques : l'Italie du Nord a beaucoup à offrir. Notamment des places de stationnement ombragées pour l'Axor.
Petits commerces, forêts rafraîchissantes et villages pittoresques : l'Italie du Nord a beaucoup à offrir. Notamment des places de stationnement ombragées pour l'Axor.
Petits commerces, forêts rafraîchissantes et villages pittoresques : l'Italie du Nord a beaucoup à offrir. Notamment des places de stationnement ombragées pour l'Axor.
Petits commerces, forêts rafraîchissantes et villages pittoresques : l'Italie du Nord a beaucoup à offrir. Notamment des places de stationnement ombragées pour l'Axor.

Des vacances dans les vacances.

Nous étions encore plus heureux de passer une semaine avec des amis près du lac de Garde. Après tout ce temps, nous avions tant de choses à nous raconter. C'était comme des vacances dans les vacances, entourés de proches et presque sans Internet. Nous en garderons un bon souvenir. Pour la première fois depuis près de trois ans, nous n'avons pas dormi dans l'Axor, mais dans ce qui ressemblait à un immense lit de 1,80 mètre de large. Il a fallu faire plus de deux pas pour mettre en route la machine à café. C'est à ce moment-là que nous avons réalisé à quel point nous étions habitués à vivre dans un espace étroit. 

Après notre semaine de « congés », nous avons à nouveau fui la chaleur en nous dirigeant vers les montagnes. Aimée souffre quand la température monte. Hélas, à peine deux jours plus tard, notre idylle montagnarde a pris fin brutalement. En nous réveillant le matin, nous avons découvert que de l'eau suintait des joints du plancher !


À la Villa Manin, l'histoire s'est écrite à la fin du 18e siècle. Les magnifiques salles témoignent aujourd'hui encore de cette période mémorable. Les Kammermann font une pause fraîcheur à l'ombre des majestueux arbres du parc.
À la Villa Manin, l'histoire s'est écrite à la fin du 18e siècle. Les magnifiques salles témoignent aujourd'hui encore de cette période mémorable. Les Kammermann font une pause fraîcheur à l'ombre des majestueux arbres du parc.
À la Villa Manin, l'histoire s'est écrite à la fin du 18e siècle. Les magnifiques salles témoignent aujourd'hui encore de cette période mémorable. Les Kammermann font une pause fraîcheur à l'ombre des majestueux arbres du parc.
À la Villa Manin, l'histoire s'est écrite à la fin du 18e siècle. Les magnifiques salles témoignent aujourd'hui encore de cette période mémorable. Les Kammermann font une pause fraîcheur à l'ombre des majestueux arbres du parc.
À la Villa Manin, l'histoire s'est écrite à la fin du 18e siècle. Les magnifiques salles témoignent aujourd'hui encore de cette période mémorable. Les Kammermann font une pause fraîcheur à l'ombre des majestueux arbres du parc.
À la Villa Manin, l'histoire s'est écrite à la fin du 18e siècle. Les magnifiques salles témoignent aujourd'hui encore de cette période mémorable. Les Kammermann font une pause fraîcheur à l'ombre des majestueux arbres du parc.
À la Villa Manin, l'histoire s'est écrite à la fin du 18e siècle. Les magnifiques salles témoignent aujourd'hui encore de cette période mémorable. Les Kammermann font une pause fraîcheur à l'ombre des majestueux arbres du parc.
À la Villa Manin, l'histoire s'est écrite à la fin du 18e siècle. Les magnifiques salles témoignent aujourd'hui encore de cette période mémorable. Les Kammermann font une pause fraîcheur à l'ombre des majestueux arbres du parc.
À la Villa Manin, l'histoire s'est écrite à la fin du 18e siècle. Les magnifiques salles témoignent aujourd'hui encore de cette période mémorable. Les Kammermann font une pause fraîcheur à l'ombre des majestueux arbres du parc.
À la Villa Manin, l'histoire s'est écrite à la fin du 18e siècle. Les magnifiques salles témoignent aujourd'hui encore de cette période mémorable. Les Kammermann font une pause fraîcheur à l'ombre des majestueux arbres du parc.
Palmanova.
Palmanova.

Sur les traces de Napoléon.

Mike a vite trouvé le problème : une fuite au niveau d'un cordon de soudure du chauffe-eau. Le cœur lourd, nous sommes donc redescendu dans la plaine pour trouver un soudeur d'acier inoxydable. Rien de bien méchant, pensait-on. Sauf que nous ne parlons pas bien l'italien et la personne que nous avions à l'autre bout du fil parlait à peine l'anglais. Nous avons fait plusieurs tentatives avant de trouver enfin une entreprise en mesure de nous aider.


Une fois le chauffe-eau réparé, nous nous sommes accordé une visite bien méritée à la Villa Manin toute proche. Nous avons fait halte sur le parking.

Le complexe, construit dans le style d'une villa de campagne, est marqué par des siècles d'histoire européenne. Le dernier doge, chef de l'État de la République de Venise, y a résidé avant que Napoléon Bonaparte ne conquiert la République de Venise en 1797 et s'y installe à son tour pendant deux mois jusqu'à la signature du traité de Campoformio.

Mais c'est encore une autre histoire. Aujourd'hui, la villa parée d'arcades est nichée dans un somptueux parc de 18 hectares qui fait la part belle à des plantes rares issues du monde entier. Nous avons fait une halte rafraîchissante dans ce poumon de verdure avant de reprendre la route.


Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.
Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.
Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.
Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.
Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.
Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.
Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.
Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.
Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.
Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.
Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.
Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.
Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.
Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.
Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.
Petit détour : Ljubljana, la capitale slovène, est pleine de charme. En Hongrie, les Kammermann s'attendent à de grands espaces et une population accueillante.

Des cafés bondés à Ljubljana.

Nous aimerions aller en Roumanie, mais notre itinéraire n'est pas encore très clair. En effet, les frontières de la Hongrie sont longtemps restées fermées. Or, peu de temps avant notre passage en Slovénie, nous avons appris que les touristes y étaient à nouveau les bienvenus.

Avant de fouler le sol slovène, il y avait encore deux événements au programme : la ville nouvelle de Palmanova et un test Covid rapide pour pouvoir passer la frontière. Aussi petite que soit Palmanova avec ses 5 000 habitants, son architecture n'en demeure pas moins fascinante. Bâtie en 1593 pour défendre la région du Frioul, elle a la forme d'une étoile à neuf branches avec un hexagone au milieu.

La Slovénie est un petit pays et nous voulions arriver en Hongrie avant que les règles d'entrée ne changent à nouveau. Nous nous sommes donc contentés d'un détour par Ljubljana. Le petit centre historique traversé par la sinueuse rivière Ljubljnica est plein de charme. Et quelle ne fut pas notre surprise : les restaurants et les cafés étaient pleins à craquer, il y avait une foule incroyable ! Rien ne rappelait la pandémie.


Le lendemain, le trajet jusqu'à la frontière hongroise s'est avéré beaucoup plus difficile que prévu. Nous l'avons enfin franchie à 16h00 sur l'autoroute en faisant du 80. Et notre test rapide fut totalement inutile : personne ne nous a rien demandé. 

Moments de détente en Hongrie.

À première vue, la Hongrie semble être un pays assez simple : il y a moins de panneaux d'interdiction et nous pouvons nous déplacer plus librement. Pour la première nuit, nous avons campé aux abords d'une réserve naturelle. Le soir, le garde-forestier est passé nous voir. Il voulait savoir si nous avions l'intention de dormir là et il nous a fait un « pouce levé » amical. 

Le lendemain, peu avant d'arriver au lac Balaton, nous avons découvert une gravière abandonnée et nous y avons installé notre camp. Le calme des lieux fut appréciable. Mike en a profité pour contrôler l'Axor et la cellule d'habitation alors que moi, j'ai trié les photos et nettoyé mon matériel. Et maintenant ? Aucune idée - mais nous sommes prêts pour la prochaine aventure !


4-Xtremes – The World Tour.

Un voyage sans pareil.

Andrea et Mike Kammermann sont sur la bonne voie à bord de leur Axor. « 4-Xtremes – The World Tour » est la devise du voyage que les deux Suisses ont débuté mi-2020 et auquel ils ont fait participer la communauté RoadStars ! Restez à la page et ne manquez aucune des destinations à couper le souffle qui animent le couple d’aventuriers.

Vous trouverez ici tous les épisodes de la série « 4-Xtremes – The World Tour ».


Photos :4-Xtremes

11 commentaires