Traversée du nord à bord d’un camion frigorifique : Uwe Harms et son NG 2232

Véhicule historique

Refroidir au lieu de basculer.

À partir d’un NG italien équipé d’un moteur V10 et d’une superstructure à benne, Uwe Harms a construit un camion frigorifique plein de style.

Petite pause. Le camion frigorifique d’Uwe Harms ne fait pas tache dans cette ancienne laiterie.
Petite pause. Le camion frigorifique d’Uwe Harms ne fait pas tache dans cette ancienne laiterie.
Nouvelle génération. Pour Uwe Harms, les déflecteurs d’air à côté de la calandre sont indissociables d’un NG. Ils lui rappellent la flotte de véhicules de son grand-oncle. Et ils réduisent l’encrassement des vitres latérales en diminuant la pression liée à l’accumulation d’air à l’avant et donc les turbulences d’air.
Nouvelle génération. Pour Uwe Harms, les déflecteurs d’air à côté de la calandre sont indissociables d’un NG. Ils lui rappellent la flotte de véhicules de son grand-oncle. Et ils réduisent l’encrassement des vitres latérales en diminuant la pression liée à l’accumulation d’air à l’avant et donc les turbulences d’air.

La série.

Les spécialistes ne peuvent cacher leur enthousiasme quand sort une nouvelle génération de véhicules. Un récit de voyage d’octobre 1973 en atteste : « Avec cette nouvelle génération, il faut bien reconnaître que les ingénieurs de Mercedes se sont surpassés. Tant au niveau du concept global et de son intégration dans un système modulaire […], que des nombreux détails d’un camion qui sont aussi importants pour le conducteur que son pain quotidien. »

Le véhicule.

Les meilleures occasions se présentent lorsque vous ne les cherchez pas. Cette règle empirique du chasseur-cueilleur automobile s’est également avérée vraie pour le NG 2232 d’Uwe Harms. Lorsqu’on lui a proposé ce camion à benne arrière de 1976, il a d’abord dit « non ». Mais M. Harms y a réfléchi « C’était un modèle d’exportation italien, plutôt en bon état. » Lorsqu’on lui a ensuite offert la livraison à domicile, le quinquagénaire s’est laissé tenter.



Photos : Christoph Börries
Vidéo : Alexander Tempel

11 commentaires